Immensités sahariennes, plages sublimes, bibliothèques perdues dans les sables... Et si la prochaine décennie était celle de la Mauritanie ? Celle qui vient de s'écouler ne fut qu'une longue parenthèse - trop longue pour les guides, chameliers, cuisiniers, hôteliers, restaurateurs et leurs familles - qui ont désespérément attendu les amoureux du désert. Depuis ce sinistre 24 décembre 2007, lorsque quatre touristes français ont été tués par des terroristes islamistes près d'Aleg, ce qui a entraîné dans la foulée la fin de la course Paris-Dakar dans sa version africaine. Aujourd'hui, la reprise est modeste, mais tangible. Les autorités ont mis le paquet pour sécuriser le pays, et les diplomaties occidentales, connues pour être prudentissimes, ne déconseillent plus de se rendre dans ce pays, hormis dans quelques zones frontalières éloignées des centres touristiques.
...