C'est étrange, un théâtre au coeur de l'après-midi. Pas un chat, le public vaque à d'autres occupations, les ouvreuses aussi et devant un parterre de velours rouge vide, sur scène, ça répète d'arrache-pied, ça vit, ça rit, et ça gueule même, pour les besoins de La revanche d'Ingrid, qui voit Julie Duroisin s'époumoner parce qu'elle "pète un câble", c'est le texte qui veut ça. Il y est question du café L'Atlantique, de trois générations d'êtres humains plutôt consanguins, de jalousie, de règlement de comptes et d'humour décalé, "un peu du style Le Père Noël est une ordure", "c'est hyper jouissif à jouer". Ecrit par Xavier Elsen, Alexis Goslain et Amélie Saye et porté par une troupe qui s'active pour le faire déraper, version rire hénaurme. Dans le genre, Julie Duroisin a fait ses preuves. Entre cette revanche d'Ingrid qu'elle se ...