"Ma voiture ? Plus besoin de posséder, suffit de partager", est ainsi le slogan de la campagne bruxelloise, qui a été dévoilée jeudi par le ministre de la Mobilité Pascal Smet. "Chaque Bruxellois devrait se poser cette question. Pour désengorger, embellir et faire respirer Bruxelles, nous devons tous remettre nos habitudes en question, réfléchir à comment nous nous déplaçons, adopter de nouveaux comportements, et, qui sait, abandonner définitivement notre véhicule personnel pour le plus grand bien de notre ville et de ses habitants", affirme-t-il.

Près de 370.000 voitures circulent quotidiennement dans Bruxelles. Par ailleurs, les voitures sont garées dans la ville durant 97% du temps et 30% du trafic dans les quartiers est généré par la recherche d'une place de parking, contextualise le cabinet Smet. Cela a pour conséquence de nombreux embouteillages, des rues remplies de voitures et une mauvaise qualité de l'air. Aujourd'hui, 70% de l'espace public bruxellois est d'ailleurs réservé aux voitures.

Face à cette situation, le ministre souhaite que les Bruxellois ne considèrent plus la mobilité comme un produit, mais bel et bien comme un service. Et pensent à la mobilité partagée. Ce concept signifie employer un moyen de transport à plusieurs, en fonction des besoins de l'utilisateur. Il s'agit d'une stratégie de déplacement multimodale par le partage de voitures, de vélos, le covoiturage, les taxis partagés, les services de transport à la demande et les transports publics. On peut utiliser le véhicule partagé seul(e) ou à plusieurs, simultanément ou l'un après l'autre.

Voir aussi le programme des activités en Wallonie

Dans ce cadre, la 'Carsharing Summer Experience' bat par exemple son plein. Lancée fin juin, elle permet aux Bruxellois de tester l'offre des cinq opérateurs de carsharing à Bruxelles jusqu'au 22 septembre. Les avantages de la mobilité partagée seront vantés aux Bruxellois et aux visiteurs de la capitale durant la Semaine de la Mobilité, et notamment lors du Dimanche sans voitures du 16 septembre.

Ce thème jouera également un rôle clé les jours suivants. Une exposition itinérante traversera notamment la ville en présentant des images avant/après de projets d'aménagements des espaces publics bruxellois. Plusieurs entreprises et écoles s'engageront par ailleurs en faveur d'une mobilité alternative dans le cadre de l'action "À l'école/Au travail sans voiture" de Bruxelles Mobilité. Les employés des sociétés participantes devront ainsi relever le défi d'utiliser le plus grand nombre possible de moyens de transport partagés. Plusieurs personnalités politiques (ministres, bourgmestres, etc.) et du milieu économique (l'organisation des entrepreneurs flamands Voka, l'union des entreprises bruxelloises BECI, ...) testeront également la réalité de la mobilité sur le terrain. EDF Luminus fermera, quant à elle, son parking pendant toute la semaine et offrira à ses employés la possibilité de tester gratuitement les transports publics. Quant aux écoles, elles ne seront pas oubliées. Deux d'entre elles instaureront même des "Schoolstraten" en fermant leur rue pour toute voiture passante.