"Nous avons décidé de ne plus utiliser de peaux exotiques dans nos futures créations," indique Chanel dans un communiqué en soulignant qu'il "est aujourd'hui de plus en plus difficile de se procurer en peaux exotiques qui correspondent à nos exigences en matière d'éthique".

"Cette démarche nous incite à inventer une nouvelle génération de produits "ultra luxe", qui s'appuient sur nos fondamentaux" comme la créativité, le savoir-faire et les standards d'excellence.

Les sacs en peau de python ont été retirés du site web de Chanel mardi, mais des sacs d'occasion étaient toujours en vente à partir de 5.500 euros sur des sites de revente en ligne.

Les ONG de défense des animaux PETA et Humane Society International (HSI) ont assuré que la décision de Chanel concernait aussi les fourrures.

Partager

Cette démarche nous incite à inventer une nouvelle génération de produits "ultra luxe", qui s'appuient sur nos fondamentaux

Le communiqué de Chanel ne mentionne pas les fourrures, mais le directeur artistique de la maison Karl Lagerfeld a déclaré au journal en ligne Women's Wear Daily que Chanel utilisait la fourrure si rarement qu'il ne se souvenait plus de la dernière fois où elle était présentée sur un podium. "Nous avons fait cela parce que c'est dans l'air (...) C'est un choix libre", a-t-il souligné à propos des peaux exotiques.

L'ONG PETA (Pour une éthique dans le traitement des animaux) a estimé que les autres marques devaient suivre l'exemple de Chanel. "Ce n'est absolument pas tendance d'utiliser des peaux volées d'animaux tourmentés pour des vêtements ou des accessoires", a-t-elle réagi. "Il est temps pour les autres groupes comme Louis Vuitton de suivre l'exemple de Chanel et de passer à des matériaux innovants qui épargnent à d'innombrables animaux une vie misérable et une mort violente et douloureuse", ajoute PETA.

Les campagnes contre les peaux de crocodile ou de serpent n'ont pas la même popularité auprès du public que des croisades similaires contre la fourrure. Certaines marques de luxe ont même investi dans des fermes de reptiles afin de pouvoir garantir que les peaux sont obtenues de manière éthique.