Les quelque 8.000 m2 du V&A Dundee et ses imposantes façades hérissées de panneaux horizontaux de pierre brute ont pris place sur les rives de la Tay, le plus long fleuve d'Ecosse.

Son concepteur Kengo Kuma, qui a également dessiné le nouveau stade national de Tokyo pour les jeux Olympiques de 2020, a dit avoir voulu faire du V&A de Dundee "un nouveau salon pour la ville", à savoir un lieu accueillant pour tous.

La construction du nouveau musée, la première délocalisation du V&A en dehors de Londres, a coûté 80 millions de livres (89,7 millions d'euros).

Elle s'inscrit dans le cadre de la réhabilitation des quais de Dundee, la quatrième ville d'Ecosse, longtemps défavorisée sur le plan économique et qui enregistre le plus fort taux de mortalité liée à la drogue en Europe.

Dundee réémerge aujourd'hui en tant que centre majeur pour les biosciences et la conception de jeux vidéos, dont l'emblématique "Grand Theft Auto".

Les dirigeants de la ville espèrent que le nouveau musée créera un engouement similaire à celui pour le musée d'art moderne Guggenheim de Bilbao, qui a permis depuis 1997 à cette ville du pays Basque autrefois ignorée des touristes d'attirer 1,75 million de visiteurs annuellement.

"Pendant trop longtemps, cette ville a été perçue comme le parent pauvre d'autres villes voisines plus grandes mais ce n'est plus le cas", s'est réjoui John Alexander, qui dirige le conseil local. "Dundee mène la charge en termes de régénération par la culture".

"J'espère que le musée pourra changer la ville et devenir son centre de gravité", a commenté Kengo Kuma.

Pour Tristram Hunt, le directeur du V&A à Londres, le nouveau musée sera un modèle d'échange et d'interaction dans "une période marquée par trop de nationalisme et d'esprit de clocher".

Quelque 300 oeuvres de design seront exposées, provenant des collections du V&A mais aussi de musées et collections privées de par le monde.