La Dame de Fer, qui accueille six millions de visiteurs par an, combine plusieurs offres de restauration, qui mettront à l'honneur producteurs et artisans des terroirs de France. En travaux depuis septembre 2018, le Jules Verne, le restaurant gastronomique du 2e étage, dont Frédéric Anton prend les manettes, rouvrira fin mai, redessiné par l'architecte Aline Asmar d'Amman, qui a signé la rénovation de l'Hôtel de Crillon. Perché à 125 mètres de hauteur, il offre une vue époustouflante sur la capitale.

Quant au "58 Tour Eiffel", la brasserie du premier étage confiée à Thierry Marx, elle offrira "des plats simples, bons, qui définissent bien les terroirs et le savoir-faire français", a précisé M. Marx, aussi en charge de la vente à emporter. Au menu: "volaille gauloise en fricassée, petites salades de plein champ servies avec une terrine faite par un charcutier parisien" et en dessert, "une Pavlova, un pain d'épice aux pommes rôties...", énumère-t-il. "Nous avons sourcé des agriculteurs qui ont une offre extrêmement qualitative, visité 350 hectares d'agriculture bio et sociale entre Chartres, Orléans et Paris", poursuit M. Marx.

Réunis en une Guilde, des artisans des métiers de bouche de Paris et d'Ile-de-France deviendront fournisseurs pour un an.