"Cela créera des opportunités d'une valeur (cumulée) de plus de 120 millions de livres (133 millions d'euros, ndlr) sur cinq ans" pour les professionnels britanniques, a souligné la dirigeante lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue japonais Shinzo Abe, en visite au Royaume-Uni.

L'embargo avait été décrété en 1996, dans la foulée de l'apparition de la "maladie de la vache folle", ou encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), qui avait ravagé le cheptel britannique.

L'annonce a été immédiatement saluée par les professionnels du secteur, notamment en Ecosse, où l'industrie de la viande bovine pèse plusieurs centaines de millions de livres.

"C'est une excellente nouvelle", a réagi sur la BBC Tom Gibson, un responsable de l'organisation professionnelle Quality Meat Scotland (QMS), voyant dans la fin de l'embargo une opportunité de développement "significative".

En juin 2018, c'est la Chine qui avait levé l'embargo sur l'importation de boeuf britannique.