"Le restaurant a passé deux inspections sanitaires. La deuxième et la plus récente des deux, à notre demande. Je voulais être sûr à 100% (même si je sais qu'aucun restaurant ne peut garantir 100% de sécurité)", a écrit le chef en allemand, espagnol et anglais sur son compte Twitter.

"Les autorités sanitaires nous ont assuré à tout moment, depuis la première inspection, qu'il n'y avait aucune raison que le restaurant reste fermé", a-t-il ajouté, disant rouvrir le restaurant car il est "convaincu de pouvoir assurer la plus grande sécurité (sanitaire) à (ses) clients et (ses) employés".

La cliente de 46 ans était morte le dimanche 17 février après avoir mangé dans le restaurant, selon les autorités régionales. Son mari et son fils de 12 ans, qui avaient mangé avec elle, ont également souffert d'une intoxication alimentaire mais se sont remis.

Une enquête est en cours sur ce décès. Personne n'a été inculpé.

Selon les autorités régionales, soixante-quinze personnes ayant mangé dans ce même établissement entre le 13 et le 16 février ont été interrogées et, au total, 29 cas d'intoxication ont été détectés.

Les médias espagnols avaient indiqué que la cliente décédée et sa famille avaient mangé des champignons au Riff, censés provenir d'Espagne mais venant en réalité de Chine.

Knoller a indiqué mercredi que ces champignons avaient été achetés à un fournisseur espagnol avec qui il travaillait depuis 28 ans. "Les champignons semblaient être en parfait état et nous n'avons jamais pensé qu'ils pouvaient venir d'un autre pays que l'Espagne", a-t-il dit sur Twitter.

"Importer des choses pouvant être trouvées en Espagne ne fait pas partie de la philosophie ou des pratiques du Riff", a-t-il encore dit.

Ouvert en 2001, ce restaurant avait obtenu en 2009 une étoile au guide Michelin.