Bouillon a été choisie pour l'inauguration de la portion belge, à la fois car il s'agit de la première étape après la frontière française mais aussi en tant que site historique.

Si la route traversera la France, la Belgique (uniquement en Wallonie) et les Pays-Bas, des extensions pour des raisons historiques sont envisagées en Italie, Espagne et Allemagne.

En réalité, six parcours thématiques seront proposées avec des propositions de haltes pour les cavaliers, à l'image de ce qui existe sur les Chemins de Compostelle. "L'élaboration de la route a fait l'objet de recherches historiques et, sur base de cela, des itinéraires ont été établis", indique Véronique Duysburgh, responsable du tracé de la route en Belgique.

Le commissariat général au tourisme wallon soutient l'initiative, de même que l'Union européenne. La portion wallonne de la route représentera un peu plus de 600 km.

Cette route européenne d'Artagnan est présentée comme la première initiative du genre dédiée à des parcours équestres au niveau mondial. Des critères historiques, économiques (avec des retombées touristiques) et pédagogiques entendent être rencontrés. "Notre ambition est d'attirer 100.000 cavaliers dans les cinq ans", a indiqué dimanche, Alain Libéros, président et initiateur de la route d'Artagnan. Ces itinéraires balisés, s'ils ont été pensés pour les cavaliers, seront aussi accessibles aux piétons et aux cyclistes.