Bruce Springsteen, Neil Young ou Peter Cincotti ont mis en chanson celle qui, en septembre 1787, servit de décor de l'acceptation de la Constitution américaine - loi suprême du pays -, faisant entrer pour toujours son nom dans l'histoire. Trois ans plus tard, Philadelphie devient même la capitale provisoire des Etats-Unis pendant une petite dizaine d'années, alors que Washington D.C. était encore en chantier. Autant dire que les traces du passé sont ici nombreuses, à découvrir parmi les gratte-ciel ultramodernes, les bâtiments géorgiens ou néoclassiques, mais aussi ses nombreuses habitations aux façades en briques rouges, typiques de certains quartiers. L'une de celles-ci ne cache rien d'autre que l'Independance Hall, symbole patriotique par excellence, en face duquel se trouve l'imposante Liberty Bell - la cloche de la liberté - dont les 900 kilos de métal fondu sont gardés par un ranger. Anciennement conçue pour marquer l'ouverture des sessions parlementaires et annoncer les proclamations ou les rassemblements publics, elle est aujourd'hui l'un des objets les plus photographiés de la cité. A ne pas manquer non plus : l'ancien hôtel de ville - nommé Old City Hall - ainsi que la nouvelle mairie aux toits mansardés inspirés par le palais du Louvre, ou encore le National Constitution Center qui retrace les souvenirs américains à travers son théâtre et ses expositions.
...