Quoique puisse laisser croire son oeuvre dans laquelle le réel est volontairement altéré, Paul Rousteau est un jeune homme doux qui assume la dimension joyeuse de son travail. S'il aime " casser la géométrie, la règle de l'appareil photo " qu'il trouve " trop nette, trop précise, trop réaliste " c'est pour donner à voir " le paradis ", essayer du moins, " révéler ces instants de beauté quotidienne et les montrer comme des épiphanies ".
...