C'est une malédiction, l'incrédulité totale... Je regarde à droite, à gauche, espérant m'être trompé, mais c'est une évidence : on a volé mon vélo. Il ne reste qu'une tige métallique, là où je l'avais laissé trois heures plus tôt. Mon superbe Planet noir de la marque allemande Focus était comme le prolongement de moi-même. Il collait à mon style et à ma personnalité. Pendant huit ans, il m'a mené à travers la jungle cycliste, de mon domicile à mon bureau, et vice-versa. C'est également sur ce vélo que, chaque weekend, je parcourais les bois et les sentiers. Impossible d'imaginer un modèle mieux conçu, aussi costaud sans être trop lourd. Sur le papier, on me l'a vendu pour "un vélo de ville rapide". En réalité, c'était un vélo capable de faire tout, absolument tout.
...