On ne pénètre plus par l'entrée de service du 5 de l'avenue Marceau mais par celle, autrement plus théâtrale, de la rue Léonce-Reynaud qu'empruntaient alors les élégantes griffées Saint Laurent. Dans cet hôtel particulier de style Napoléon III, un second empire décoré par Jacques Grange dans sa dernière mouture, la maison de couture a vécu des jours fastes, de 1974 jusqu'à ce matin du 7 janvier 2002 qui vit Yves Saint Laurent prononcer ici même son discours d'adieu où il confessait qu'il avait " mené le combat de l'élégance et de la beauté ", qu'il était " passé par bien des angoisses, bien des enfers... "
...