C' était le 24 juin 1968. Suite aux élections législatives, le gouvernement imposait à la Section française de l'Université de Louvain " l'implantation d'unités pédagogiques entières dans des sites nouveaux choisis par elle ". Ce fait marquant dans notre histoire était la conséquence d'une crise politique débutée fin 1967, alors que trente mille Flamands défilaient à Anvers afin de réclamer le départ des francophones du campus louvaniste. Moins de trois ans plus tard, la première pierre de Louvain-la-Neuve était posée. " Plusieurs lieux ont été envisagés et finalement le bourgmestre d'Ottignies, Yves du Monceau, a écrit aux instances académiques pour proposer un plateau agricole, raconte Philippe Piette, responsable de l'Office de tourisme. L'université a bénéficié d'un prêt de l'Etat national pour acheter l'ensemble. Et très vite, l'administrateur général du projet, Michel Watrin, a exprimé le désir de créer, là, une véritable ville. Il avait fait le tour de la planète, des Etats-Unis au Japon, en passant par la Hollande et la France, et il s'était rendu compte que l'arrivée d'une université développait l'activité économique mais nécessitait d'autres infrastructures : logements, commerces, culture. "
...